Femmes déviantes, femmes criminelles face à leurs juges dans les anciens Pays-Bas et l’Europe du Nord-Ouest de la fin du Moyen Âge au début de l’ère industrielle

Deadline: 20/02/2016

Journées d’études : mai 2016, octobre 2016, mai 2017, Université d’Artois, Arras

Appel à communications pour trois journées d’étude :
Mai 2016 : « Amoralité des femmes déviantes »
Octobre 2016 : « Des maux et du sang : la violence des femmes »

Mai 2017 : « Entre nécessité et criminalité : la femme voleuse face aux juges »

Les dossiers de procédure des différents tribunaux, cours et magistrats de l’espace des anciens Pays-Bas, y compris méridionaux (Artois, Flandre) et plus largement de l’Europe du Nord-Ouest, nous montrent des attitudes parfois identiques quel que soit le sexe de l’accusé, parfois fort différentes quand il s’agit de femmes, différences qui se retrouvent dans la qualification des crimes ou dans la diversité des peines. Les sources qui évoquent les femmes sont foisonnantes : dossiers de procédures, traités de jurisconsultes, comptes …. . Elles permettent un éclairage nouveau et offrent un regard particulier sur la criminalité féminine, sur les procédures mises en oeuvre et les peines auxquelles elles sont exposées. Ces sources sont idéales pour appréhender le comportement des femmes face aux juges, face aux peines diverses en fonction des crimes commis, mais aussi pour cerner leur environnement socio-culturel, et observer les lieux des « forfaits »… Les témoins livrent également des éléments précieux qui mettent en lumière le contexte social et le quotidien dans lequel surviennent ces affaires perturbant l’espace public.

 

Cette série de journées d’études est construite comme un triptyque. Ces trois journées permettront d’aborder des problématiques aussi bien méthodologiques que purement scientifiques : quelles sont les possibilités et les limites de ces sources ? Dans quelle mesure la justice concerne-t-elle les femmes et pour quelles affaires ? Les peines infligées illustrent-elles une certaine spécificité des peines et des différences de traitement ? Quelle est l’attitude des juges face aux femmes ? La jurisprudence est-elle strictement conforme à la législation existante ? Une ordonnance spécifique répond-elle à la déviance ou à la criminalité des femmes ?

 

Les propositions de communication (un titre et un projet d’une demi-page) doivent être envoyées avant le 20 février 2016 à pascal.hepner@univ-artois.fr

Made by Rekall Design