logo
Populate the side area with widgets, images, navigation links and whatever else comes to your mind.
18 Northumberland Avenue, London, UK
(+44) 871.075.0336
ouroffice@vangard.com
Follow us
Suivez nous Sophia, réseau belge des études de genre

+32 (0)2 229 38 69

Rue du Méridien 10, 1210 Bruxelles

Actualités

Appel à articles pour Sextant « Le personnel est géologique » : féminismes et écoféminismes à l’ère de l’Anthropocène

Appel à articles pour un numéro thématique de Sextant

Revue de recherche interdisciplinaire sur le genre et la sexualité (publiée par les Editions de l’Université libre de Bruxelles)

« Le personnel est géologique » : féminismes et écoféminismes à l’ère de l’Anthropocène

Direction scientifique du numéro: Nathalie Grandjean (FNRS / Université Saint-Louis, Bruxelles)

L’Anthropocène est d’abord un concept stratigraphique (Crutzen 2006) signalant l’impact perturbateur
des activités humaines sur les processus biologiques, physiques et chimiques à la surface et dans
l’atmosphère de la Terre. La colonisation, l’industrialisation, l’extraction des ressources et l’urbanisation
se sont inscrites sur la Terre d’une manière qui marque physiquement le moment présent et ne fait plus
partie de l’époque Holocène commencée il y a près de 12 000 ans. Tout à la fois nouvelle époque
géologique, métaphore largement utilisée pour le changement climatique et nouveau cadre d’analyse, le
concept d’Anthropocène a fait l’objet de nombreuses critiques mais a aussi suscité des débats en sciences
humaines et sociales (SHS). Nouveau « Grand Récit » (Larrère 2018), qui se raconte comme le
« symptôme et symbole de l’échec de notre humanité » (Descola 2018, 19), d’uns décrivent
l’Anthropocène comme un « récit de réveil » qui « labellise la prise de conscience des origines humaines
du réchauffement » (Quenet 2017). D’autres conçoivent l’Anthropocène plutôt comme la conséquence
d’évolutions historiques contingentes et de choix politiques particuliers (Malm & Hornborg 2014),
opposant ainsi au temps géologique, un temps historique.

Les propositions d’articles (maximum 300 mots) et une courte biographie (bref CV et description des
axes de recherche, maximum 5 lignes), en français ou en anglais, devront être envoyées pour le 1er
décembre 2022 au plus tard à l’adresse sextant@ulb.be et nathalie.grandjean@usaintlouis.be. Les textes
complets comprendront entre 30 000 et 40 000 signes (espaces compris) et devront être rendus pour le
1er juillet 2023.

Appel complet en attache!