logo
Populate the side area with widgets, images, navigation links and whatever else comes to your mind.
18 Northumberland Avenue, London, UK
(+44) 871.075.0336
ouroffice@vangard.com
Follow us
Suivez nous Sophia, réseau belge des études de genre

+32 (0)2 229 38 69

Rue du Méridien 10, 1210 Bruxelles

Actualités

Genre et gynécologie. Savoirs, pratiques et mobilisations

Genre et gynécologie. Savoirs, pratiques et mobilisations

Colloque interdisciplinaire (anthropologie, histoire, sociologie) et international
(francophonie) les 18, 19, 20 avril 2023 à la MSH Paris-Nord.

L’histoire de la gynécologie, spécialité dédiée au traitement chirurgical et médical de l’appareil
reproductif féminin, a fait l’objet de recherches dans l’espace universitaire anglo-saxon depuis bien
longtemps. Dès les années 1990, s’inscrivant dans une perspective de genre, des travaux ont mis en
lumière la manière dont la spécialité s’est développée aux 19ème et au 20ème siècles en Angleterre
(Moscucci 1990) et aux États-Unis (Morantz-Sanchez, 1999), entre autres, et montré que la gynécologie
constituait une forme particulière de médicalisation du corps des femmes, une instance de production des
normes de genre et de sexualité, et enfin un lieu central de naturalisation de la domination. D’autres, avec
un effort comparatif, ont mis en parallèle le développement de différentes spécialités dans plusieurs pays,
soulignant la spécificité de la gynécologie – qui selon les pays peut former une seule spécialité avec
l’obstétrique ou être indépendante, voire connaître des sous-divisions entre sa partie médicale et sa partie
chirurgicale. La focale a alors surtout été mise sur les luttes professionnelles particulièrement vives autour
de la délimitation des compétences (Weisz, 2006).

Appel complet en attache! 

 

Modalités de participation:

Le colloque se tiendra les 18, 19 et 20 avril 2023 à la MSH Paris-Nord.

Les propositions de communication sont à envoyer au plus tard le lundi 30 novembre 2022 à l’adresse :
gynecologie.colloque@gmail.com.

Elles devront mentionner les nom et prénom, pronom, discipline, statut, institution de rattachement et
adresse mail des communicant·e·s. En un maximum de 3500 signes (espaces compris), elles devront
ensuite comporter un titre, une présentation des matériaux mobilisés et un résumé des enjeux qui seront
abordés dans la communication. La sélection des propositions retenues sera communiquée dans les
semaines qui suivront.

Si besoin, une aide financière aux transports et à l’hébergement des participant·e·s pourra être apportée,
dans la limite du budget alloué.