logo
Populate the side area with widgets, images, navigation links and whatever else comes to your mind.
18 Northumberland Avenue, London, UK
(+44) 871.075.0336
ouroffice@vangard.com
Follow us
Suivez nous Sophia, réseau belge des études de genre

+32 (0)2 229 38 69

Rue du Méridien 10, 1210 Bruxelles

Actualités

Table ronde | Avortement : quel rôle pour les sages-femmes ? – ULiège

Date : 12 février 2024 de 18h à 20h

Lieu : Université de Liège – Campus du Centre ville – Zone 20-Août – Batiment A1 – Salle Wittert, 7 Place du 20-Août, 4000 Liège

Ticket : Entrée libre

RSVP sur Facebook

Dans quelle mesure l’avortement concerne-t-il les sages-femmes? Camille Maes, Murielle Conradt, sage-femme, et Aurélie Aromatario et Myriam Borel, sociologues, en discuteront

Dans quelle mesure l’avortement concerne-t-il les sages-femmes? Cette question n’a rien d’une évidence, dès lors que la réalisation des IVG est exclusivement assignée aux médecins en Belgique, contrairement à ce quise passe dans d’autres pays. La rencontre, sous forme d’une table ronde animée par Camille Maes, sociologue à l’ULiège, réunira autour de ce sujet très actuel trois invitées : Murielle Conradt, sage-femme, et Aurélie Aromatario et Myriam Borel, sociologues.

Grâce à un dialogue fécond entre les réalités belges et françaises et entre le monde de la sociologie et celui de la maïeutique, l’initiative prolongera la réflexion amorcée lors de l’évènement “Le droit à l’avortement en Belgique” organisé par le FERULiège en 2022 au sujet du manque de personnel médical avorteur. Ce manque contribue à fragiliser l’accès à l’avortement et l’extension de la pratique de l’IVG à d’autres groupes professionnels -en particulier, aux sages-femmes -est une solution envisagée pour y remédier. En France, elles sont habilitées à réaliser des avortements depuis 2016. En Belgique, l’IVG reste une prérogative exclusive des médecins mais des recommandations récentes préconisent d’ouvrir la pratique aux sages-femmes. L’objectif de cette table ronde sera de discuter d’une telle possibilité. Quels problèmes d’accès à l’avortementsubsistent au niveau national ? Pourquoi les sages-femmes, en particulier, sont-elles appelées à participer au service d’IVG ? Quels enjeux caractérisent aujourd’hui l’extension de cet acte de travail aux sages-femmes? Comment les différents groupes professionnels (sages-femmes, gynécologues, médecins généralistes) compétents en matière d’orthogénie se positionnent-ils par rapport à une telle évolution?

Cette initiative est co-organisée par Camille Maes et Mona Claro, membres de la sous-unité de recherche Pragmapolis (IRSS -FASS), dans le cadre des activités du FERULiège.

Intervenantes

Murielle Conradt est sage-femme à Liège. Elle est présidente de l’Union Professionnelle des Sages-femmes Francophones Belges et enseignanteà l’HELMO en études de sages-femme.

Aurélie Aromatario est sociologue à l’Université Libre de Bruxelles. Elle a participé à la rédaction du Rapport d’évaluation de la loi sur l’IVG commandité par le gouvernement Vivaldi en 2023.

Myriam Borel est chargée d’études qualitatives à l’Observatoire Régional de la Santé de Bourgogne-Franche-Comté. Elle a réalisé unethèseen sociologiesur l’inclusion des sages-femmes dans la pratique de l’avortement en France.

Camille Maes est sociologue à l’Université de Liège. Elle prépare une recherche doctorale sur la participation des sages-femmes au travail d’IVG en Italie.

Plus d’information :