logo
Populate the side area with widgets, images, navigation links and whatever else comes to your mind.
18 Northumberland Avenue, London, UK
(+44) 871.075.0336
ouroffice@vangard.com
Follow us
Suivez nous Sophia, réseau belge des études de genre

+32 (0)2 229 38 69

Rue du Méridien 10, 1210 Bruxelles

Actualités

Politisations et expressions lesbiennes, homosexuelles, bies et trans’ Années 1970 et 1980

Dans cet ouvrage collectif portant sur les modes de politisation et d’expression lesbiennes, homosexuelles, bies et trans’ en France dans les années 1970 et 1980, nous souhaitons approfondir notre connaissance de la socio-histoire des mouvements des minorités de genre et de sexualité, dresser le bilan des acquis de la littérature, et combler les angles morts qui persistent.

Nous proposons trois axes de réflexion pour les contributions. Le premier axe propose l’exploration des groupements politiques, des plus informels aux plus formels, des plus centraux aux plus périphériques, et des relations entretenues par ces collectifs avec les organisations partisanes, syndicales et associatives instituées et reconnues. Nous attendons en particulier des propositions portant sur :

–      Les mouvements lesbiens.

–      Le militantisme trans’.

–      La question de la mixité au sein des mobilisations homosexuelles.

–   Les groupes homosexuels liés à des partis politiques ou à des syndicats.

–      Les mobilisations prenant place en dehors de la région parisienne.

–    La dimension inter- et transnationale des mobilisations : circulations d’individus, de pratiques et de savoirs militants.

Le second axe propose d’explorer la dimension culturelle et commerciale des luttes et des communautés lesbiennes, homosexuelles et trans’. Il s’agira notamment de questionner les frontières mouvantes entre espaces de sociabilité, espaces militants et espaces festifs. Nous attendons en particulier des propositions portant sur :

–   Les lieux de sociabilité (campements lesbiens, Universités d’été homosexuelles, lieux associatifs, etc.).

–  Les lieux commerciaux (cabarets, bars, saunas, boîtes de nuit, cinémas, librairies, sex-shops, etc.) et leurs entrepreneur·e·s.

–      Les médias : presse, minitel, radios.

– Les productions artistiques et culturelles et les espaces dans lesquels elles se déploient (festivals de cinéma, de théâtre, etc.).

–     La place de la fête dans les mobilisations politiques et le quotidien des militant·e·s.

Le troisième axe vise à explorer l’histoire des coalitions politiques entre les mouvements homosexuels et les autres luttes, ainsi qu’à questionner les frontières discursives et politiques des sujets « homosexuel », « gai » et « lesbien » tels que façonnés dans les espaces militants, culturels et commerciaux. Nous attendons en particulier des propositions portant sur :

–  Les alliances et tensions avec les mouvements ouvriers, féministes, antiracistes, écologistes, les mobilisations anticarcérales, antivalidistes, etc.

–    La place dans les luttes homosexuelles des individus minorisé·e·s par des rapports de  race, de classe, et de genre. Les discours portant sur ces catégories dans les espaces militants, communautaires et/ou commerciaux.

–  L’émergence discursive de catégories telles que la bisexualité, l’intersexuation ou l’asexualité, émanant ou non des personnes concernées.

–   Les questionnements autour de l’identité homosexuelle et lesbienne et leurs modes d’expressions militantes.

Les bornes chronologiques de l’ouvrage ne sont pas rigides et les contributions abordant les années 1960 ou les années 1990 – dans leurs liens avec les décennies 1970 et 1980 – sont les bienvenues.

Pour soumettre une proposition de chapitre, merci de bien vouloir envoyer avant le 7 juillet 2021 et à l’adresse ouvragemouvementsLGBTI@protonmail.com, un résumé de 5000 signes maximum qui explicite la question posée, les sources et la méthodologie mobilisées pour y répondre, ainsi que la structure envisagée du chapitre, accompagné d’une notice biographique de 600 signes maximum.

Les chapitres complets, d’une longueur comprise entre 30 000 et 40 000 signes, sont attendus pour le 15 janvier 2022 au plus tard.

Coordinateur·ice·s de l’ouvrage :

Hugo Bouvard, docteur en science politique, chercheur associé à l’IRISSO (Université Paris-Dauphine).

Ilana Eloit, docteure en études de genre (LSE), postdoctorante à l’Université de Lausanne – Centre en Études Genre.

Mathias Quéré, doctorant en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Les personnes intéressées peuvent nous contacter aux adresses mail suivantes pour toute question éventuelle sur l’ouvrage et les contributions : bouvard.hugo@gmail.com  ; ilana.eloit@unil.ch ; quere.mathias@gmail.com.