logo
Populate the side area with widgets, images, navigation links and whatever else comes to your mind.
18 Northumberland Avenue, London, UK
(+44) 871.075.0336
ouroffice@vangard.com
Follow us
Suivez nous Sophia, réseau belge des études de genre

+32 (0)2 229 38 69

Rue du Méridien 10, 1210 Bruxelles

Actualités

Projection / rencontre : Story Telling for Earthly Survival

Quels récits pouvons-nous tisser face à l’accélération des destructions du vivant ? Comment dépasser les imaginaires de progrès ou d’apocalypse pour envisager des manières de vivre et lutter dans des mondes abîmés ? Quels liens pouvons-nous créer entre nos visions féministes, écologistes et décoloniales?

PointCulture Bruxelles et Mycelium vous proposent d’explorer ces questions en vous immergeant dans l’univers de Donna Haraway à travers le documentaire « Story Telling for an Earthly Survival » de Fabrizio Terranova.

Ce film est un portrait sensible d’une philosophe et de sa pensée, qui nous invite à regarder, penser et sentir autrement, à ouvrir plus largement nos imaginaires.

La projection du docu (1h15 min) sera suivie d’une conversation avec Rachel Hoekendijk, doctorante en philosophie à l’ULB, et Nathalie Grandjean, professeure de philosophie à l’université de Namur.

PointCulture Bruxelles – le 26/03 à 18h30
Entrée gratuite
Sur inscription : pointculture.be/1EFK

« Nous avons urgemment besoin de nouveaux récits ». C’est ainsi que peut se résumer la volonté féroce déployée par la philosophe Donna Haraway pour nous aider à sortir de l’impasse dans laquelle sont bloqués nos imaginaires, face aux catastrophes en cours et à venir.

Primatologue, féministe, philosophe des sciences, elle n’a cessé de démonter et questionner les cadres de pensée auxquels elle s’attaquait en montrant comment nous construisons en permanence l’idée de ce qui « est naturel » et en dénonçant l’hégémonie d’une vision patriarcale et coloniale de la science et de la nature.

Donna Haraway nous propose de quitter l’idée de « solution » à la catastrophe, et de chercher des manières plus ou moins pertinentes et enrichissantes de faire-avec, de collaborer avec d’autres êtres vivants et d’autres composants du monde qui nous accompagnent dans cette situation nouvelle. Elle nous ouvre à la complexité d’une pensée questionnant les distinctions nature-culture et humain-nature, fondements de notre vision “moderne” du monde. En convoquant la science-fiction, les « fabulations spéculatives» et les méduses, Donna Haraway offre une pensée très dense qui a ouvert le chemin vers des visions écologistes dépassant le cadre de l’humanisme pour apprendre à co-habiter plus humblement avec le reste du vivant.